Logo Handicape
modifier taille du texte Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte

 

 

Dans les années 50, la seule solution proposée aux parents d’un enfant handicapé mental est le placement en hôpital psychiatrique. Monsieur et Madame Carême (M. Carême est notre président d’Honneur), parents de François Dominique atteint de trisomie 21, refusent l’enfermement. Ils cherchent d’autres solutions et apprennent qu’en Hollande des enfants handicapés sont scolarisés.

La rencontre de Pierre Carême avec Maître Malecot qui se bat pour l’intégration des personnes handicapées mentales est déterminante, d’autant que le PDG de la Société Pomona qui emploie P. Carême, Mr Henri Dewavrin, parrain de François Dominique, dégage Pierre Carême de ses obligations professionnelles afin qu’il puisse se consacrer au lancement, en France, du mouvement familial en faveur de l’enfance inadaptée. Ce dernier vient en 1955, d’être nommé à Chalon s Saône.

rapport loi en 1956

 

Pendant deux ans, il parcourt l’Europe pour s’informer de la situation de l’enfance déficiente mentale. Le rapport qu’il remet au ministre des affaires sociales est à l’origine d’un texte de loi en mars 1956 qui bouleverse les idées reçues et améliore considérablement les conditions de vie des personnes handicapées, permettant leur prise en charge dans des établissements agrées, lorsqu’ils sont refusés à l’éducation nationale.

 

 

C’est de cette époque que date la création de nombreux centres. Pierre Carême représente l’UNAPEI lors de la Ligue Internationale pour la Débilité Mentale qui se fonde à La Haye.

 

pierre caremeEn Saône et Loire, Pierre Carême a d’abord été le président de l’Association des Papillons Blancs sur le département, oeuvrant dans de nombreuses villes comme Montceau les Mines, Le Creusot, Paray le Monial, Macon, puis sur la seule ville de Chalon s Saône ou il est également juge au Tribunal pour Enfants.

Par souci de soulager les familles, dés 1960, il met en place, Rempart Saint Vincent, une Halte Garderie sous la responsabilité de Mme Majo Hartmann.

Il fonde, avec Georges Fauconnet, adjoint au maire de Chalon, l’AMEC (Association Medico Educative Chalonnaise).

Il est à l’origine de la création du CAT de Montret et du CAT de Crissey. Il fonde également le comité de coordination qui regroupe dans notre département toutes les associations de personnes handicapées.

Il est aussi administrateur de la Sauvegarde de l’Enfance.

Sa tache ne s’est pas limitée à la Saône et Loire : il est l’artisan et le fondateur de nombreuses associations de parents, mais aussi d’établissements pour adultes et enfants handicapés à Dole, Lons le Saunier, Arbois et Beaune.

Plusieurs présidents se sont succédés. Son œuvre s’est poursuivie aux Papillons Blancs de Chalon s Saône, Louhans et leur région à travers notamment M. Hiolle, Robert Rigolet, Robert Collin, Bernard Guyot, Hubert De Villenaut, Jean Lobrot, Marie-Monique Bernard,       Hommage à Pierre CAREME                                                  Ghislaine Fauvey maintenant Alain LEFAUCHEUX

     Condoléances


QUELQUES REPÈRES HISTORIQUES DE NOTRE ASSOCIATION

 

C'est en 1956, sous la poussée de leur Père Fondateur, Monsieur Pierre CAREME
que naquit à Chalon Sur Saône , l'Association des Papillons blancs


Déclarée au Journal Officiel le 27/03/1956

 

L’association LES PAPILLONS BLANCS régit par la loi du 1° juillet 1901, prenait ainsi la suite d’une multitude d’expériences qui se déroulaient ci et là en Bourgogne-Franche-Comté ; au milieu des années 60, des parents de jeunes adultes handicapés mentaux qui ne voulaient pas les laisser oisifs, s’étaient organisés pour ébaucher et promouvoir l’idée de structure d’accueil et d’activité sans impératif de production.
Forte de cette reconnaissance statutaire, de la couverture géographique qu’elle avait à l’époque, elle établira, pour ne plus le quitter, son Siège Social à Chalon s Saône, au 4 rue de l’ Eveche.

rapport loi 1956

Ainsi, « en cogestion » avec la municipalité de CHALON s SAONE, elle assurait depuis 26 ans (1972) le suivi de la Halte Garderie ‘’ Perce Neige’’, accueillant chaque après-midi de la semaine, 9 personnes handicapées mentales profondes. (jusqu’à janvier 2004)

C’est en 1976, devant les besoins importants qui se faisaient jour chez nos voisins bressans, que la petite Association d’alors commença à prendre une toute autre dimension.

En effet, du concours conjugué de l’Association des Maires du Louhannais et de l’Association des Papillons Blancs de Chalon, alors seule représentante locale des Personnes Handicapées, s’ouvrait, le 4 octobre 1976, dans les anciens locaux du Centre Polyvalent Rural de Montret, le Centre d’Aide par le Travail.

 

De ce’’mariage’’pris naissance l’Association des PAPILLONS BLANCS de CHALON sur SAONE, LOUHANS et leur région.

L’Association couvre aujourd’hui : les 10 cantons de l’arrondissement de CHALON sur SAONE, et les 8 cantons de l’arrondissement de LOUHANS.

Forte de ses nombreuses familles adhérentes, c’est des centaines de personnes qui reçoivent, chaque année, une aide, un soutien, une assistance, un réconfort, un appui, des conseils de l’Association.

 

Celle- ci a géré jusqu’au 31/12/01

Le C.A.T. de MONTRET agréé pour la mise au travail de 60 adultes handicapés mentaux

Son foyer d’hébergement pour 17 d’entre eux.

Son service de soutien

Le 1er janvier 2002, cet établissement est passé sous la compétence de l’établissement public Espace Clos Mouron de Tournus

 

Elle gère aujourd’hui :

Ouverture en décembre 1992 d'un F.A.M. (Foyer d’Accueil Médicalisé) "L'Arc en ciel" pour 32 personnes adultes polyhandicapées.

        - L’extension a permis un accueil supplémentaire de 18 personnes en hébergement à compter de janvier 2011.

Depuis le 5 janvier 2004, un Accueil de Jour de 10 places s’est substitué à la Halte Garderie. 

Un Foyer d’Accueil  à SIMARD , crée en février 1994, qui accueille 40 personnes en hébergement, ainsi qu’un Accueil de Jour d’une capacité de 9 places et création d'un F.A.M. (Foyer d'Accueil Médicalisé) en novembre 2014 pour 12 personnes adultes handicapées vieillissantes. 

Depuis janvier 2015 la dénomination "LE MIRANDIS" regroupe les deux établissements.

Retour au sommet