Logo Handicape
modifier taille du texte Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte

 

 

Internat Simmard Le foyer de vie est un établissement médico-social qui accueille des personnes déficientes intellectuelles n'ayant pas une autonomie suffisante pour pouvoir accomplir seuls les actes de la vie courante et ne pouvant travailler, sans pour autant relever d'une Maison d'Accueil Spécialisée (MAS) ou d'un Foyer d'Accueil Médicalisé (FAM).

En plus de l'hébergement, cette structure regroupe des activités de vie sociale ou occupationnelles afin de préserver ou d'améliorer les acquis et de prévenir les régressions.
Les résidents sont originaires prioritairement du Département de Saône et Loire et la majorité est issue de la Bresse et du Chalonnais, c'est-à-dire le nord-est du département.
Les situations avant admission sont diverses : les résidents sont des ressortissants d'E.S.A.T., des sortants d'I.M.E., parfois issus du secteur psychiatrique.

L'établissement reçoit des résidents atteints de handicap mental d'origines diverses (Trisomie 21, psychose infantile avec parfois des troubles associés du comportement).
Les personnes y sont admises avant 60 ans et peuvent y demeurer tant que leur état le leur permet, c'est à dire dans les limites des capacités matérielles du foyer à prendre en charge leur dépendance.
Le foyer ne peut accueillir des personnes souffrant de troubles les rendant dangereux pour elles-mêmes ou pour autrui.
Si une personne ne pouvait demeurer au foyer du fait de ses troubles ou de l'importance de ses dépendances, elle serait réorientée vers un établissement approprié.
Si la situation d'un bénéficiaire nécessitait une réorientation, soit qu'il la souhaite, soit qu'elle soit nécessaire pour des raisons médicales ou de dépendance accrue ne permettant pas le maintien dans l'établissement, celle-ci serait mise en œuvre avec la participation du bénéficiaire.

Contexte légal de la mission

 

L'agrément : Le foyer de SIMARD a reçu un agrément le 14/08/92.
C'est un établissement régi par une série de textes qui définissent les missions des foyers de vie et organisent le secteur médico-social :

- La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées mentales

- La loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale    et les décrets d'application.

- La loi du 30 juin 1975.

- Les décrets n° 77- 1547 et 1548 du 31 décembre 1977.

- La déclaration des Nations unies au sujet des droits des personnes handicapées

- La déclaration des droits de l'homme.

- La loi du 3 janvier 1968 organisant les mesures de protection.

- Les lois 89-18 du 13 janvier 1989 et 90-602 du 12 juillet 1990 relatives à la protection des personnes handicapées contre les discriminations.

- Les textes régissant le secret professionnel et l'obligation de réserve.

- Enfin, son fonctionnement s'appuie sur une série de valeurs qui fondent son action quotidienne auprès des personnes accueillies, et d'engagements associatifs.

Le conseil de la vie Sociale

Il fonctionne conformément au décret n° 2004-287 du 25 mars 2004 et réunit les représentants des usagers, des familles, de l'association gestionnaire, du personnel, et un représentant des tuteurs. Systématiquement, après chaque réunion, les familles sont destinataires du compte rendu de la réunion du C.V.S. D'autre part, une réunion avec l'ensemble des résidents a lieu pour préparer les réunions du conseil de la vie sociale afin de favoriser l'expression.

 

Orientations générales du projet

Les orientations générales peuvent se résumer en quatre axes :

Accompagner la personne, c'est à dire la considérer comme personne à part entière, prendre en compte ce qu'elle demande, dit ou donne à voir et l'inscrire dans un projet personnel dont elle est actrice autant que faire se peut. Ce cheminement intègre l'accompagnement à la fin de vie, dans les limites des possibilités de médicalisation et du "maintien à domicile" qui sont liées aux moyens dont dispose l'établissement.

     

    - Développer les potentialités de la personne dans tous les domaines, y compris sur le plan créatif.

    - Maintenir et préserver les acquis tant physiques que psychiques ou relationnels.

    - Inscrire la personne dans un contexte le plus proche possible de la norme en fonction de son âge et de ses possibilités, notamment par rapport aux contraintes de la vie quotidienne. Les ateliers ont à Simard cette fonction primordiale de structuration et d'inscription dans la normalité (capacité à produire des objets, à s'inscrire dans des réseaux d'échange), en prenant naturellement en compte le vieillissement et la nécessité de respecter les rythmes de chacun.

    Retour sommet